Les PREJUGES

 

Bien imprégnée d’idées reçues

Dans la corbeille de naissance

Ou formatée depuis l’enfance

Par des jugements préconçus,

 

Notre mentalité se voile

Sous des principes, des conventions

Qui voudraient piéger nos passions

Comme araignée tissant sa toile.

 

Au milieu du siècle passé,

Un sursaut d’anticonformisme

Quoique encore empreint de sophisme

S’évertuait à effacer

 

Quelques vieux tabous bien ancrés

Dans le terreau des préjugés

Dont le joug s’est vu allégé…

On a bravé les vieux décrets

 

Régissant les us et coutumes.

Quelques soutiens-gorge brûlés,

Des intimités dévoilées

N’ont fait qu’alléger les costumes.

 

Sexualité débridé

Affichage de femme objet

N’ont cependant rien changé

A nos idées téléguidées.

 

De nos racines ancestrales,

De  nos tenaces préjugés

Nous n’avons pu nous dégager.

Souffrons-nous d’un vice mental ?

Andrée Maurin – 4 juillet 2011