"L'expérience même de la mort revêt, du point de vue bouddhiste, une grande importance. Bien que le lieu et la nature de notre renaissance future soient généralement dépendants des forces karmiques, notre état d'esprit au moment de la mort peut influer sur la qualité de notre prochaine renaissance. Aussi, malgré la grande diversité des karmas accumulés, si nous faisons un effort particulier au moment de la mort pour engendrer un état d'esprit vertueux, nous pouvons renforcer et activer un karma vertueux et susciter ainsi une renaissance heureuse." LE DALAI-LAMA

Notre amie poètesse et philosophe nous livre ses vers:

SONNET POUR LES AMES SOEURS

Où sont les âmes qui s’ennuient
Lorsque le monde les oublie ?
Errant, dans d’insondables strates
Elles vont, se mouvant sans hâte

A la recherche du  passé,
Et des souvenirs amassés
Dans les replis de la mémoire.
Des lettres au fond d’un tiroir,

Quelques vieilles photos jaunies,
Des reflets de miroirs ternis
Evoquent des temps révolus

Pour des cœurs qui ne battent plus.
Une ombre… on sent que passe une âme,
A la recherche d’une autre âme

SAVOIR VIVRE

Si la mort nous attend au détour du chemin
Arrêtons-nous ici, retardons le destin.
Profitons des instants que nous offre la vie
Que chaque heure au cadran nous apporte, à l’envi,
De la joie et du rire ; négligeant nos soucis,
Savourons pleinement ce merveilleux sursis.

Ne nous condamnons pas au couloir de la mort
Gardons notre illusion que ce n’est pas encore
L’heure où va s’annoncer la sinistre faucheuse.
Avant que d’affronter sa triste face hideuse,
Ouvrons bien grand nos cœurs, nos yeux et nos oreilles
A la beauté du monde et goûtons les merveilles
Du vol d’un papillon et du chant d’un oiseau.

Qui ne s’est pas ému du frisson des roseaux
Que caresse le vent au bord d’un frais ruisseau,
Qui ne s’est pas penché au-dessus d’un berceau,
Le cœur battant, étreint d’une espérance anxieuse
En chantant à mi-voix une tendre berceuse,
Pour apaiser l’enfant que tourmente une fièvre
En surveillant, inquiet, le souffle de ses lèvres…

Des sources de la vie, celui-là n’a rien vu.
Qu’il parte le cœur sec, de n’avoir pas connu
Les élans de l’amour, la passion sublimée,
Sans espoir et sans foi, oublié à jamais,
Qu’il parte sans recours,
Sans espoir de retour

Et dans un autre registre, le fou génial Salvador Dali nous livre sa réflexion sur la mort...
télécharger le fichier MP3 pour l'écouter => 14_salvador_dali___la_mort_3