LEGERETE DE L’AME



Penser qu’il faut un jour partir
Savoir que la vie se retire
Laissant inerte la matière
Qui demain se fera poussière…


Penser que l’âme immatérielle
Passe en un monde parallèle
D’où personne, jamais, ne revint
C’est croire en un projet divin.


Porter en soi la certitude
De se joindre à la multitude
Des êtres qu’on a côtoyés,
Qu’on a aimés,  ou oubliés


Dans des méandres de mémoire,
C’est se fabriquer un espoir ;
Faut-il y croire ?
Comment savoir ?
Serait-ce insensé de vouloir

S’envoler, tel un pur esprit,
Libéré, heureux et surpris,
Rencontrer un cher disparu
Retrouver un ami perdu ?

Telle une colombe invisible
Goûter au plaisir indicible
De vivre un amour absolu
Qui ne finirait jamais plus

Déposer son triste barda
Et laisser là ce vieux karma,
Dans le ciel, en apesanteur
Voguer sur l’aile du bonheur.

Chasser de l’imagination
L’idée de réincarnation,
Fuir bien loin de la vieille Terre
De ses douleurs et de ses guerres